Justifier la guerre

Justifier la guerre

Alors que l’histoire qui se déroule sous nos yeux nous interpelle brutalement suite aux événements en Israël et à la guerre en Ukraine, un éclairage chrétien de l’expert Pierre Sevent peut nous aider à discerner objectivement ce qui se passe réellement aujourd’hui.  N’hésitez pas à visionner sur Youtube l’émission du « Jour du Seigneur » associé à RCF et aux « Semaines sociales de France » intitulée « JUSTIFIER LA GUERRE – PAS SI SIMPLE » – durée 55 minutes environ.  CLIQUER ICI pour un accès direct à cette émission prémonitoire enregistrée en Octobre 2023.

L’invité à cette émission était donc Pierre Servent, journaliste, expert en stratégie militaire.

La discussion a été menée par Eric Pailler (Le jour du Seigneur), Etienne Pépin RCF et Isabelle de Gaulmyn (Semaines sociales de France)

Retraite dans la vie: Témoignages

Retraite dans la vie: Témoignages

INSCRIPTIONS SI POSSIBLE AVANT LE 1ER FEVRIER POUR LA RETRAITE DANS LA VIE – VOIR L’ARTICLE « TEMPS SPIRITUEL »

Ma démarche de rechercher un accompagnateur spirituel était la suivante : «  vouloir prendre au sérieux mes engagements dans ma vie spirituelle, approfondir ce que j’avais commencé à vivre toute seule, découvrir d’autres cheminements pour poursuivre ma route dans mon chemin de foi, chercher une aide dans ma vie de prières. Cette démarche avait pris naissance en moi, quelques années auparavant, mais je n’arrivais pas à concrétiser. Sur ma route,  dans ma paroisse, a eu lieu »La Retraite dans la Vie », ayant pour thème « Avec la Parole de Dieu, la prière dans ma vie ». Cela a été pour moi une révélation. Avec les différents acteurs, appartenant à la Vie Spirituelle du Diocèse, les échanges ont été intenses, profonds et interpellants. Avoir besoin d’un guide dans ma vie de prières, par rapport aux différents engagements dans ma paroisse, était devenu une nécessité . Depuis, je rencontre une accompagnatrice, choisie parmi les intervenants dans ce parcours. Nous nous rencontrons 1 fois par mois environ. Elle m’a fait reprendre la route de la LECTIO DIVINA, m’a appris à mieux prier avec des thèmes particuliers, m’apprend à être plus ordonnée dans ma vie de prières, à discerner. Chaque rencontre se déroule, tout d’abord en priant l’Esprit Saint, puis en lisant une lecture de la Bible, en général l’Evangile du jour. Viens ensuite la relecture de la période écoulée : ma vie s’est elle enrichie tous les jours un peu plus de l’amour de Dieu en moi ? Ai-je accompli mon devoir d’état selon la volonté de Dieu ? ai-je tenu mes engagements paroissiaux dans le respect de ce qui m’ a été demandé.

Puis , elle prend son rôle de guide et n’hésite pas à m’apprendre à discerner afin que je mette en pratique les paroles de l’Evangile pour vivre à l’image et à la ressemblance de Dieu. Ses réponses m’aident à progresser dans la connaissance de moi-même et dans mon regard sur les autres à travers la connaissance de plus en plus approfondie de Dieu.

Pour conclure, je dirai que mon accompagnatrice est mon soutien, mon bâton de marche afin d’éviter que je trébuche. Que le Seigneur l’accompagne tous les jours de sa vie, pour qu’elle puisse faire grandir dans le cœur de tous ses accompagnés l’Amour que Dieu porte à chacun.

J’ai trouvé cette expérience très intéressante et vivifiante :

La lecture quotidienne des textes de l’ancien testament, du nouveau et de l’église m’a permis de les découvrir ou redécouvrir, de les approfondir et en prenant des notes d’ avoir une réflexion sérieuse et riche. Elle m’a permis d’accorder à ma vie le ou les messages que j’y trouvais, et d’en faire ma prière et mon action de grâce.

J’ai apprécié la mise en commun dans nos petits groupes de nos réflexions et découvertes enrichissant la mienne et nous mettant en fraternité.

J’ai aimé l’heure passée avec mon accompagnateur m’obligeant à clarifier ma pensée à l’approfondir et reconnaitre ce qui m’interpelle et pourquoi.

Je remercie toutes celles et ceux qui ont œuvré, nous ont accompagné, ont participé à cette retraite pour en faire une période riche spirituellement, féconde et fraternelle.

Je me présente, je m’appelle Lise j’ai 17 ans. Je me suis inscrite à cette retraite dans la vie sans vraiment savoir à quoi m’attendre et j’ai adoré cette expérience. J’ai fait mes quatres années de catéchisme et je suis restée croyante mais je n’assistais plus aux messes. J’y suis retournée un dimanche pour aller me confesser, sachant que c’était bientôt le carême je comptais le pratiquer. Cela m’a fait beaucoup de bien de retourner à l’église. Suite à cela je me suis inscrite à cette retraite, j’ai été a toutes les rencontres sauf une, et j’essayais de prendre un temps pour prier avec les textes. Chacun d’eux m’a apporté quelque chose, j’ai appris à prier d’une manière différente, a me rapprocher de Dieu en écoutant mieux ce qu’il avait a me dire. Ces rencontres du mercredi soir ont été pour moi la chance de découvrir des personnes différentes de celles que j’ai l’habitude de côtoyer, et de découvrir leur point de vue dans la foi qui m’as vraiment intéressé et qui m’ont permis de retenir des choses très importantes dans la vie de chrétien, que je n’oublierai pas. Ces rencontres ont été également pour moi un moment de pause dans ma semaine de cours avec les révisions, elles m’ont permis de me recentrer et de prendre ce temps de prière plus long que d’habitude mais important. Je pense qu’en tant que chrétien c’est une très bonne expérience à vivre.

Pendant cette retraite, j’ai apprécié le texte d’Apocalypse3, 20 qui m’a renvoyé au Cantique des Cantiques.

Ce qui me semble être une invitation, grâce à ce livre au cœur de la Bible, à découvrir l’amour de Dieu,  à travers une relation directe avec le Seigneur de je à tu

et à m’ouvrir à la joie de l’Esprit saint dans ma vie quotidienne.

Quelle meilleure façon de cheminer vers Pâques que la pratique plus régulière et plus intense de la prière ?

La retraite dans la vie m’a offert cette opportunité à travers un parcours de cinq semaines balisé de rencontres hebdomadaires consacrées à des « exercices » de prière à partir de la Parole de Dieu et de brefs enseignements pour nous préparer à la semaine de prière personnelle. De plus, j’ai bénéficié comme chaque retraitant de l’accompagnement d’un membre de l’équipe. Cet échange m’a encouragé à garder le rythme de prière quotidienne, à rester centré sur la Parole en évitant des dérives fumeuses, à repérer la présence du Seigneur à tel ou tel moment de ma vie.

Grâce à cette méthode, j’ai pu goûter l’inépuisable richesse de la Parole de Dieu à travers des textes entendus des dizaines de fois que je croyais connaître… Certes, connus… mais souvent avec mon seul intellect. Prier ces passages en longueur m’a permis de les laisser descendre dans mon cœur et de découvrir que par cette Parole, le Seigneur s’adresse personnellement à moi et me permet de Lui dire dans la prière ce que cela m’inspire. Cette expérience décapante m’a remis de la lumière, de la foi, de l’espérance dans le cœur pour vivre avec joie à la suite de Jésus Christ ce qui m’est donné de vivre.

La retraite dans la vie m’a fait renouveler mon alliance avec Jésus Christ qui me dit : « Ne crains pas, Je suis avec toi, ose avancer en eau profonde ! »

Merci à toute l’équipe de la Vie Spirituelle pour cette belle Retraite dans la Vie, Si l’occasion vous en est offerte, n’hésitez pas !

Ma retraite dans la vie.

Pas toujours facile de trouver, au quotidien, cette petite demi-heure pour un face à face avec Dieu. Et pourtant, dès qu’on arrive à se poser, à entrer dans les textes proposés par l’équipe de la vie spirituelle, des émotions, des questions remontent à la surface. Qu’est-ce qui fait que je ne me comporte pas toujours comme le Christ le voudrait ? Qu’est-ce qui me retient dans mes relations aux autres ? Un mot, une phrase pointent ce qui ne va pas dans ma vie ! Un mot, une phrase m’éclairent sur ce que je dois faire pour dépasser mes manques ! Les textes sont comme adaptés à ma propre situation. Par ces cinq semaines d’intériorité et avec l’aide de mon accompagnatrice, j’ai pu voir plus clair en moi. Et c’est fort de ces face à face avec Dieu, de ces partages différents, que je continue mon chemin avec un cœur plus léger.

J’ai été ravie de me lancer dans cette aventure. Le fait d’y trouver un accompagnateur spirituel m’a beaucoup aidé à me recentrer dans la prière et à nettoyer des questions en suspens qui bloquaient ma démarche personnelle. Les rencontres en petits groupes étaient vraiment agréables, par l’écoute mutuelle, le partage spirituel, la profonde bienveillance de nous tous unis par cette retraite. J’en garde un merveilleux souvenir et surtout je continue le chemin de prière, plus fraiche, moins seule et avec une joie renouvelée! Un grand merci à toute l’équipe de la vie Spirituelle qui prépare et encadre cette retraite!

Retraite dans ma vie

Le Carême était la bonne période pour m’inscrire à cette Retraite . Son lancement dans la belle église d’Aubevoye avec les Prêtres et l’Equipe de la vie spirituelle, avait un ton solennel qui nous a permis d’entrer dans la prière. Nous avons échangé en petit groupe sur les textes bibliques.

Au début prendre la parole dans ce petit groupe chaque mardi soir, m’a été difficile … mais ça s’apprend et c’est tellement enrichissant !

Des feuillets nous guident dans le choix des lectures pour la semaine, ils nous aident à nous poser des questions, nous prions avec la parole de Dieu.

Je me suis aperçue dès la deuxième semaine que ma prière avait changé, je me suis rapprochée du Seigneur dans le sens où je priais auparavant uniquement pour les autres : aujourd’hui le Seigneur me parle et je lui parle.

Je ressens l’envie d’ouvrir ma Bible. J’ai été touchée par tout ce qui touche au Pardon (Semaine n°4 : Face à l’offense Dieu appelle au pardon) et par l’Hymne à l’amour, Hymne à la charité, 1 Co 13, 1-8  (au cours de la Semaine n° 5 : Qu’ils soient UN).

Je rends grâce et remercie toutes les personnes qui nous ont accompagnés.

Un temps spirituel

Un temps spirituel

La photo ci-après est antérieure à 1911. A part quelques aménagements du mobilier, l’église paroissiale qui accueillera cette retraite est toujours la même. Ne manquez pas cette retraite spirituelle qui se déroulera dans cette belle église avant de fêter Pâques 2024.

Dans l’église de Pacy : HORAIRES des rencontres (avec repas le dimanche)

Dimanche 4 février 10H30-16h30 avec messe à 10h30

Chaque mercredi soir les 14, 21, 28 Février et 6 Mars de 20h30 à 22h

Dimanche 17 mars 10H30-16h30 Clôture de la retraite avec relecture de ce qui a été vécu

pour l’accompagnement 1 fois par semaine : lieu et horaire à fixer avec l’accompagnateur le 4 février

Tous les détails de cette RETRAITE DANS LA VIE ainsi que le bulletin d’inscription sont repris sur un flyer  téchargeable ICI

 

La première rencontre du 4 Février a rassemblé une bonne trentaine de paroissiens après la messe de lancement présidée par le Père Florent Babaka et prêchée par le P. Bruno Saint Girons.

De nombreux scouts ont participé à cette messe de lancement.

Des inscriptions sont encore possibles pour débuter cette retraite dans les prochains jours et être présents à la prochaine rencontre du Mercredi des Cendres le 14 Février à partir de 20h30.

Si vous avez pris connaissance du texte du FLYER vous pouvez déposer au secrétariat votre bulletin d’inscription découpé ou recopié sur papier libre mais également demander à vous inscrire par e-mail en suivant les indications ci-dessous ou bien en cliquant ICI. Vous pourrez recevoir en retour quelques documents par e-mail vous permettant de rentrer en prière chaque jour.

INSCRIPTION – Retraite dans la vie

NOM : ……………………………………

PRENOM : …………………………………….

ADRESSE : ………………………………………………………………..… ………………………………………………………………………

CODE POSTAL et VILLE :………………………………………………

TEL : ……………………………………….

ADRESSE EMAIL : …………………………………………………………………..

Texte ci-dessus à copier puis coller et compléter dans un mail à envoyer à la Paroisse à l’adresse suivante:

paroisse.vde@gmail.com

Vous donnerez votre participation aux frais à votre accompagnateur au cours de la retraite.

Accompagnement spirituel

Accompagnement spirituel

Extrait de la lettre du Diocèse d’EVREUX: L’accompagnement spirituel 

             « L’accompagnement spirituel consiste à aider une personne à assumer librement sa relation à Dieu, au prochain et au monde à partir de son expérience de la vie. La personne est aidée, à travers les évènements concrets de sa vie, à discerner comment améliorer sa relation à Dieu et au prochain et à s’y engager avec plus de sécurité pour mieux correspondre au projet de Dieu sur elle.

L’accompagnement spirituel met en évidence ce qui se produit quand une personne écoute Dieu et cherche à lui répondre.

Au point de départ, on trouve la certitude que Dieu se communique lui-même. L’accompagnement spirituel suppose donc un acte de Foi en la présence de Dieu et en son action dans la vie personnelle. C’est pourquoi la place de la Parole de Dieu est essentielle dans la prière personnelle, quelles que soient ses formes : lectio divina, méditation, oraison. C’est un acte de foi en Dieu qui est demandé et non en l’accompagnateur. »( Note doctrinale N°12 CEF) En s’appuyant sur la Parole de Dieu, nous signifions que nous sommes TROIS dans cette aventure : l’accompagnateur, l’accompagné et l’Esprit de Dieu.

L’accompagnement spirituel est un service d’Eglise pour aider à assumer librement la relation à Dieu de tout homme en quête de vérité dans sa vie spirituelle. «  L ‘accompagnement spirituel doit conduire toujours plus vers Dieu, en qui nous pouvons atteindre la vraie liberté »Pape François EG N° 170

L’accompagnateur  sera le témoin de la grâce de Dieu à l’œuvre, celui qui écoute avec attention l’écho de la Parole de Dieu dans le cœur de celui qui se confie et relie sa prière, mais aussi l’éveilleur, l’entraineur, le frère bienveillant..

« En ce monde, les ministres ordonnés et les autres agents pastoraux peuvent rendre manifeste le parfum de la présence de Jésus et son regard personnel. L’Eglise devra initier ses membres : prêtres, personnes consacrées et laïcs à cet art de l’accompagnement, pour que tous apprennent toujours à ôter leurs sandales devant la terre sacrée de l’autre (Ex3,5)» Pape François EG N° 169

L’Accompagnement spirituel peut revêtir différentes formes selon qu’i s’agit d’un évènement ponctuel, d’une retraite ou d’un temps plus long.

Chantal Bréant

Extrait de la lettre du Diocèse d’EVREUX:

J’ai été appelée par le diocèse à intégrer le service de la vie spirituelle. Après une formation de 2 ans au Centre Manrèse, j’ai commencé ces accompagnements, d’abord dans le cadre des retraites dans la vie, puis avec ceux ou celles qui après cette  première expérience souhaitaient poursuivre un accompagnement à plus long terme et à un rythme moins soutenu.

ECOUTER est le maître mot de l’accompagnement.

Ecouter les appels de Dieu à travers sa Parole,

Ecouter avec bienveillance pour entendre les motions de l’Esprit chez l’accompagné,

Ecouter pour indiquer une direction,

Ecouter en respectant la liberté et permettre le travail de l’Esprit.

C’est à la fois, une grâce de participer à l’œuvre de Dieu, un chemin d’humilité pour s’effacer devant l’action du Seigneur, et un chemin de conversion qui permet à la Parole de Dieu et à Jésus Christ d’être au centre de la rencontre accompagnateur-accompagné. Cet accompagnement permet de  marcher vers la perfection chrétienne, de  fortifier la vie spirituelle et ainsi de cheminer vers l’union à Dieu qui est le but de la vie chrétienne.

Extrait de la lettre du Diocèse d’EVREUX: Les Jeunes

Si vous vous demandez s’il existe un accompagnement spirituel adapté aux jeunes, la réponse est oui ! Il y a bien sûr le catéchisme, l’aumônerie, les temps forts que l’on peut y vivre … mais pas seulement.

J’ai eu l’occasion de faire de nombreux camps MEJ (Mouvement Eucharistique des Jeunes) d’une durée de deux semaines chaque été, qui m’ont permis de prendre un nouveau départ ainsi que de rencontrer de nombreux jeunes tous riches de leurs différences, mais partageant la même foi. Ces camps sont de réels retours sur soi et sur notre relation à Dieu, ainsi que de découverte des autres. Pour les jeunes qui en font la demande, il est possible d’approfondir encore plus l’aspect spirituel du camp en effectuant une Démarche de Choix. Il s’agit d’une démarche proposée aux jeunes qui, s’ils le souhaitent, vont ensuite être accompagnés par un animateur (qu’il soit prêtre ou jeune laïc !) pendant le camp, lors de temps d’échange, d’écoute et de partage. Ces temps d’échange permettent au jeune de discuter en toute confiance avec l’animateur qui lui correspond et qui pourra lui apporter un regard neuf et extérieur sur sa vie et les difficultés qu’il peut rencontrer, répondre à ses questions concernant la foi, la Parole de Dieu, ou simplement de réfléchir ensemble à qui est Jésus et quelle place nous lui faisons dans notre vie !

Les jeunes sont invités à choisir un aspect de leur personne ou de leur vie qu’ils aimeraient rendre plus beau. Ils sont ensuite invités à la fin du camp, lors de la messe de départ, à formuler ce choix, cet engagement concret qui les portera durant l’année à venir. Ils choisissent souvent une prière ou un chant MEJ symbolisant cet engagement qu’ils pourront par la suite lire régulièrement ou chanter ! À tous âges, les jeunes sont accompagnés et invités à s’engager, à choisir (parfois des choses toutes simples mais importantes, comme un signe de croix en se levant le matin pour offrir une pensée à Jésus) pour affirmer sa foi et la vivre au quotidien. Chaque Démarche de Choix que je vis est unique et me permet encore aujourd’hui de garder la force avec laquelle je repars de camp tout au long de l’année, pour que la foi reste au centre de ma vie.

Le témoignage du Père Jean-Marc Le Cam, acompagnateur:

Quelle est la place de l’accompagnement spirituel dans ma vie de prêtre ?

 C’est avant tout l’expérience d’avoir et d’être accompagné, pendant le temps du discernement, et puis pour relire mon ministère.

 Des baptisés demandent aussi à être accompagnés. Il n’est pas rare qu’en faisant cette demande, des personnes disent en même temps : « …mais je ne veux pas vous prendre votre temps. »

 Je pense tout d’abord que ce n’est pas une perte de temps que de se donner les moyens de se mettre à l’écoute de l’Esprit, que ce soit comme accompagné, ou comme accompagnateur. C’est souvent une source d’émerveillement de voir comment l’Esprit Saint travaille une vie.

 Et puis dans le domaine spirituel, nous pouvons rêver, nous tromper… Nous confronter à un frère qui nous accompagne nous aide à écarter les illusions, à ne pas prendre nos propres désirs pour la volonté de Dieu.

 Ecoute et accompagnement

 Mais qui demande un accompagnement ? c’est des femmes et des hommes à des moments différents de la vie, réalités diverses :

 –          Question précise dans sa vie et pas de réponse si tout seul.

 –          Une phase importante dans la vie, quelle direction suivre ? quel appel ? quelle vocation ? quel choix faire face à telle proposition de travail, d’engagement soit dans l’Eglise ou dans le monde ?

 –          Un baptisé qui a une vie de prière solide mais qui a besoin de quelqu’un pour avancer sur le long terme

 –          Et puis des personnes qui viennent avec une question, mais on ne le revoit pas après…

 Finalement que ce soit comme accompagné ou accompagnateur, l’accompagnement nous aide à prendre le temps de relire ce qui s’est passé. De poser un regard sur notre vie spirituelle et relationnelle. Et puis surtout cela nous aide à essayer de voir comment le Seigneur vient nous rejoindre dans cette situation, ce qu’Il vient me dire au cœur. Alors n’ayez pas peur ! Osez franchir le pas…

INSCRIPTIONS AVANT LE 1ER FEVRIER POUR LA RETRAITE DANS LA VIE – VOIR L’ARTICLE « TEMPS SPIRITUEL »

Dans sa conférence du 4 Janvier 2023, le Pape François  a de nouveau indiqué le chemin de cet accompagnement. Vous pouvez en découvrir un résumé ci-dessous ou encore consacrer 20 minutes de votre temps pour revoir le début de cette conférence en cliquant ICI.

Le trésor de la fragilité
Quant au discernement spirituel, a expliqué le Souverain Pontife, il nécessite d’approfondir la connaissance de soi, ce que favorise l’accompagnement spirituel.

Il convient donc avant tout «de se faire connaître» auprès de l’accompagnateur, à la façon d’une personne qui en aiderait une autre à se regarder dans un miroir, sans craindre de lui révéler ses faiblesses et ses fragilités. «La fragilité est, en réalité, notre véritable richesse, (…) que nous devons apprendre à respecter et à accueillir, car, lorsqu’elle est offerte à Dieu, elle nous rend capables de tendresse, de miséricorde, d’amour. Cela nous rend humains», a souligné François, et nous épargne une certaine dureté voire un caractère «dictatorial». La fragilité est «notre trésor le plus précieux», a-t-il insisté, car même Dieu est passée par elle pour «nous rendre semblables à Lui»: la crèche en est un exemple.

Faire de la clarté en soi-même
Lorsque l’accompagnement est docile à l’Esprit Saint, «il aide à démasquer les équivoques», même graves, «dans la considération que nous avons de nous-mêmes et dans notre relation avec le Seigneur». «Les personnes qui ont une véritable relation avec Jésus ne craignent pas de lui ouvrir leur cœur», a déclaré le Pape.

Raconter à un tiers – qu’il soit laïc ou prêtre – ce que nous vivons, a-t-il poursuivi, ou ce que nous désirons, aide à faire la clarté en soi-même. Cela met en lumière les pensées négatives qui nous habitent, de sorte que nous pouvons «nous sentir aimés et estimés par le Seigneur tels que nous sommes, capables de faire de bonnes choses pour Lui».

Le Saint-Père a toutefois mis en garde contre une potentielle confusion: l’accompagnateur «ne remplace pas le Seigneur, ne fait pas le travail à la place de la personne accompagnée, mais marche à ses côtés, l’encourage à lire ce qui bouge dans son cœur, lieu par excellence où le Seigneur parle». François a également précisé qu’il préférait le terme «accompagnateur spirituel» plutôt que «directeur spirituel».

Comme la Vierge Marie
L’accompagnement ne peut également être fructueux que s’il est vécu dans la «filiation» et la «fraternité spirituelle». Il est «indispensable d’être inséré dans une communauté en chemin. On ne va pas vers le Seigneur seul», a insisté le Souverain Pontife, sinon on ne se découvre pas «frères, enfants d’un même Père». Et sans la conscience de cette condition commune, «l’accompagnement peut donner lieu à des attentes irréelles, à des malentendus et à des formes de dépendance qui laissent la personne dans un état infantile», a prévenu le Pape.

Le Saint-Père a ensuite proposé comme modèle et «maîtresse de discernement» la Vierge Marie, qui «parle peu, écoute beaucoup et garde des trésors dans son cœur». Plus que quiconque, elle a su accomplir par des actes et par des choix, la volonté que Dieu exprimait dans son cœur, et elle nous invite à faire de même (cf Lc 2,25).

Une grâce à demander
«Le discernement est un art» qui, bien maîtrisé, «permet de vivre l’expérience spirituelle d’une manière toujours plus belle et ordonnée». Il est un «don de Dieu», une grâce à demander dans la prière. Nul ne peut s’en prétendre «expert et autosuffisant», a déclaré François au terme de sa catéchèse, et en conclusion de ce cycle.

Citant les Saintes Écritures, François a conclu par une invitation à la confiance: «si nous avons confiance en sa parole, nous jouerons bien le jeu de la vie, et nous pourrons aider les autres».

Equipe du Rosaire en prière

Equipe du Rosaire en prière

EQUIPE DU ROSAIRE – PAROISSE PACY VALLEE DE L’EURE

 Depuis novembre 2023 une équipe de prière du Rosaire est en marche dans notre paroisse de Pacy Vallée d’Eure.

 Le Rosaire est la prière chrétienne du Chapelet

Ce nom Rosaire date du Moyen Age où les communautés et les familles priaient la Vierge Marie devant sa statue, sur la tête de laquelle on déposait une couronne de roses.

 A l’époque de Saint Dominique, au 12ème siècle, le rosaire n’était pas une dévotion particulière, ou une manière de prier, mais ce fut un mode de prédication donné aux prêtres pour enseigner les principaux mystères de la Vie de Jésus, en entrecoupant ces enseignements de récitation de Pater Noster et d’Ave Maria.

Saint Dominique sous l’inspiration de la Vierge Marie agissait ainsi parce que la parole aussi brillante soit-elle ne suffit pas pour convertir, et cette grâce de conversion ne peut être obtenue que par la prière lors de laquelle :

  • nous ouvrons la porte de notre âme à l’accueil de cette grâce offerte par Dieu : notre Père.

Au 15ème siècle la première confrérie du Rosaire fut établie en France et se développa grâce aux Dominicains.

Cette prière à pris sa forme actuelle entre 1955 et 1965 sous l’impulsion d’un dominicain : le Père Eyquem. 

Elle fut officiellement reconnue par l’épiscopat en 1967.

 CETTE PRIERE A, ENTRE AUTRES, TROIS INTERETS :

 1- Cette prière s’adresse à Marie :

Marie que Jésus sur la Croix nous a donnée pour Mère, et qui donc mieux qu’Elle peut intercéder pour nous près du Seigneur.

Et, aussi, Marie nous a fait savoir qu’elle aime cette prière :

  • à Lourdes elle est apparue avec un chapelet au bras,
  • à Fatima elle enseigne aux trois enfants comment bien réciter le chapelet.
  • à Pontmain, près de chez nous, elle sourit quand les voyants et les paroissiens récitent le chapelet pendant sa longue apparition.

Nous pourrions citer bien d’autres exemples.

 2- Cette prière comporte la lecture des mystères de la Vie de Jésus :

En effet avec chaque dizaine nous est proposé un de ces mystères ; nous permettant, ainsi, une plus grande familiarité avec les Saintes Écritures, ce qui est important pour l’épanouissement de notre vie spirituelle et humaine.

Le Pape François en instituant le dimanche de la Parole, le 30/09/2019 disait :

« La Parole de Dieu veut demeurer en nous, pour : 

-combler nos attentes,

-guérir nos blessures,

-renouveler notre foi. »

3- Cette prière se vit en équipe :

Le fait de prier en équipe est important, c’est Jésus qui le dit :

« En vérité, je vous le dis encore, que si deux d’entre vous, sur la terre, unissent leurs voix pour demander quoique ce soit, cela leur sera accordé par mon Père qui est aux cieux. Que deux ou trois, en effet, soient réunis en mon nom, je suis là au milieu d’eux ? » (St Matthieu 18, 19-20)

 Vous qui venez de lire cet article, qui que vous soyez. Les membres de l’équipe du Rosaire de notre paroisse vous proposent de les rejoindre avec les 80000 participants français et toutes les équipes dans le monde, pour cette expérience de l’approfondissement de la Parole de Dieu, sous le regard de la Vierge Marie, notre Mère ainsi réunis en équipe avec le Seigneur au milieu de nous.

 CE ROSAIRE SE VIT EN DEUX TEMPS :

1- Il y a une rencontre mensuelle en équipe :

Pour cette rencontre chacun reçoit un livret mensuel avec un texte d’évangile à approfondir ensemble et les prières qui l’accompagnent pour les partager en équipe une fois par mois, en réunion

Nous proposons le choix entre trois dates en raison de vos disponibilités.

Un mardi à 15 h ou un vendredi à 18 h 45 dans la salle paroissiale,

ou un lundi à 15 h chez un membre de l’équipe.

 2- Il y a une courte prière journalière chacun chez soi avec le support du livret des prières quotidiennes du Rosaire :

 Chaque jour, donc : nous prions une seule dizaine du chapelet accompagnée de :

 a) Un court texte : d’un des mystères de la vie de Jésus dans l’Évangile.

 Il y avait lors de la création du Rosaire 3 groupes de mystères :

  • Cinq Mystères Joyeux, de l’enfance de Jésus.
  • Cinq Mystères Douloureux, de la Passion de Jésus. 
  • Cinq  Mystères Glorieux de Jésus et Marie à partir de la Résurrection.

 En 2002, le Pape Jean-Paul II en a composé et ajouté un 4ème groupe :

  • Cinq Mystères Lumineux de la vie publique de Jésus

 b) une courte méditation – c) les fruits du mystère – d) des intentions de prière

 CHERS AMIS LECTEURS DE CET ARTICLE 

SI VOUS SOUHAITEZ NOUS REJOINDRE : APPELEZ LE SECRETARIAT DE NOTRE PAROISSE QUI VOUS METTRA EN RELATION AVEC LE RESPONSABLE DE L’EQUIPE  DU ROSAIRE DE NOTRE PAROISSE.

Vous pouvez également, pour plus de renseignements consulter le bureau national des Equipes du Rosaire : www.equipes-rosaire.org

Archives 2021

Le Pape décrète une année spéciale dédiée à saint Joseph

Avec la Lettre Apostolique « Patris corde (avec un cœur de père) », François rappelle le 150e anniversaire de la proclamation de saint Joseph comme Patron de l’Église universelle. À cette occasion, une «année spéciale saint Joseph» se tiendra du 8 décembre 2020 au 8 décembre 2021.

Eglise de Pacy, autel de gauche, saint Georges.