Orgeville – site historique de l’assistance

Orgeville – site historique de l’assistance

La chapelle d’Orgeville est un lieu particulier qui renferme un monument dédié à Louis-Bernard BONJEAN – magistrat exécuté par la Commune – qui porte cette épitaphe:

« Ce monument expiatoire recouvre la terre ensanglantée recueillie sur le lieu où mourut le président Bonjean tombé victime de son dévouement stoïque au devoir le 24 mai 1871, avec les saints compagnons de son martyre ; Mgr Darboy, archevêque de Paris, l’abbé Deguerry, curé de la Madeleine, les R.P. Allard, Clerc, et Ducoudray ».

Une version bouleversante de l’histoire de la famille BONJEAN est à retrouver en cliquant sur le titre suivant:

La colonie pénitentiaire d’Orgeville

Vous pouvez également retrouver sur le site GENEANET des informations historiques passionnantes et en accès direct en CLIQUANT ICI 

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)

BONJEAN (LOUIS-BERNARD), représentant à l’Assemblée constituante de 1848, et sénateur du Second Empire, né à Valence (Drôme), le 4 décembre 1804, mort à Paris, le 24 mai 1871, était originaire de la Savoie. Il vint à Paris faire son droit, fut reçu docteur (1830), prit part à la l’évolution de Juillet, et se destina à l’enseignement du droit; il y renonça après avoir concouru, sans succès, pour une chaire à la Faculté, et acheta (1838) une charge d’avocat aux conseils du roi et à la Cour de cassation. Divers travaux de jurisprudence, un Traité des actions (1841-1844), une Traduction des Institutes de Justinien, etc., le mirent en réputation. Il entra dans la politique en 1848. Sur une profession de foi républicaine, il se fit élire, le 23 avril, représentant de la Drôme, le 1er sur 8, par 60,836 voix (76,005 votants, 92,501 inscrits), prit place néanmoins à la droite de l’Assemblée, et devint l’interprète des sentiments conservateurs et catholiques qui animaient la majorité, en dénonçant, dès le 16 mai 1848, le préfet de police Caussidière, qui donna sa démission le lendemain, et contre qui des poursuites furent votées trois mois après, et en appelant sur les circulaires de M. Carnot, ministre de l’Instruction publique, le blâme de l’Assemblée. Bonjean vota : 26 mai 1848, pour le bannissement de la famille d’Orléans; 9 août, pour le rétablissement du cautionnement; 26 août, pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière; 1er septembre, pour le rétablissement de la contrainte par corps; 7 octobre, contre l’amendement Grévy ; 2 novembre, contre le droit au travail; 25 novembre, pour l’ordre du jour : « Le général Cavaignac a bien mérité de la patrie»; 12 janvier 1849, pour la proposition Rateau; 22 janvier, pour le renvoi des accusés du 15 mai devant la haute Cour; 21 mars, pour l’interdiction des clubs; 16 Avril, pour les crédits de l’expédition de Rome; 18 mai, contre l’abolition de l’impôt des boissons.

Non réélu à la Législative, bien qu’il eût, le 13 mai 1849, posé sa candidature dans la Drôme, et qu’au mois de mars 1850, il eût obtenu à Paris, dans une élection complémentaire, 125,000 voix, il n’en continua pas moins à se mêler à la politique, se rapprocha de plus en plus de l’Élysée, et fut même appelé par le président, au début de l’année 1851, à prendre le portefeuille de l’Agriculture et du Commerce; mais il ne le garda que du 9 au 24 janvier. Il applaudit au coup d’État, fut compris parmi les membres du conseil d’État réorganisé (1852), et présida la section de l’intérieur. Puis, il entra dans la magistrature impériale, devint premier président de la Cour de Riom (1863) et président de chambre à la Cour de cassation (1865). Le 16 février 1855, il avait été nommé sénateur. On remarqua alors que ses opinions conservatrices prirent une teinte libérale, qui le mit parfois en contradiction avec la grande majorité de ses collègues : ainsi, en 1864, dans la discussion de l’adresse, il plaida la cause de la Pologne, et, en 1866, il fit, dans un discours qui eut quelque retentissement, le procès du pouvoir temporel. Enfin, il intervint dans le débat soulevé par le sénatus-consulte du 8 septembre 1869 en proposant un amendement qui avait pour objet de modifier les attributions du Sénat et même son mode de recrutement. L’amendement fut rejeté, et peu s’en fallut qu’on ne lui opposât la question préalable. Après le 4 septembre 1870, Bonjean resta à Paris et prit part, comme garde national, à la défense de la capitale assiégée. Compris sous la Commune, parmi les personnes arrêtées comme otages, il fut enfermé à Mazas; après d’inutiles pourparlers tentés auprès de Thiers pour l’échange de ces prisonniers contre Blanqui, détenu alors en Bretagne au fort du Taureau, Bonjean fut compris dans l’exécution des otages fusillés à la Roquette par les troupes de la Commune, le 21 mai 1871. – On doit à Bonjeau, outre ses ouvrages juridiques, un certain nombre d’écrits politiques: Du pouvoir temporel et de la papauté (1862), Révision et Conservation du cadastre, Péréquation de l’impôt, etc. – Grand officier de la Légion d’honneur au 14 août 1862.

Une cérémonie s’est déroulée samedi 13 Juillet dans cette chapelle d’Orgeville à la mémoire de tous les défunts de la Commune de Paris. Une messe a été concélébrée avec le Père Jacques Benoist, historien, et présidée par Mgr Emmanuel Tois, évêque auxiliaire de Paris, ancien magistrat à la cour de Cassation. Un homage particulier a été rendu à la mémoire de Louis-Bernard Bonjean fusillé le 24 Mai 1871.

La chapelle désaffectée depuis de très nombreuses années et son environnement avaient été tout particulièrement préparés pour cette cérémonie. Mme Jocelyne Ridard, maire de la commune, ainsi que les membres de l’EAP de la paroisse ont réussi ces préparations dans un délai très court.

Tout le contexte de cet évènement et des détails sont décrits ci-dessous par Véronique Servant:

A Orgeville vivait le Premier Président de la Cour de Cassation, Louis Bernard Bonjean, qui a été pris en otage par les Communards et fusillé le 24 mai 1871 avec l’Archevêque de Paris, Monseigneur Darboy, qui était son voisin de cellule. Avec eux périssaient en même temps, l’abbé Deguerrycuré de la Madeleine, l’abbé Surat archidiacre de Notre-Dame et l’abbé Allard.

Comme le procès en béatification de Mgr Darboy est à nouveau à l’étude grâce à la diligence du Père Jacques Benoist et de l’évêque auxiliaire de Paris Mgr Tois, ils ont souhaité venir voir les lieux de vie de Louis Bernard Bonjean et la reconstitution de sa cellule à prison de la Grande Roquette pendant presque six mois.

Samedi matin, une visite du cimetière d’Orgeville (avec bénédiction), des souvenirs dans l’église Saint Martin d’Orgeville, qui date du XIème siècle, et une messe de requiem pour les victimes de la Commune (toutes les victimes dans les deux camps) a été organisée par Mme France Auphan, descendante du Pt Bonjean qui demeure à Orgeville, à la demande de Mgr Tois. Nous étions en petit comité dans cette minuscule église à nous recueillir sous la houlette de l’évêque auxiliaire, avec Mme la Maire de Cailloüet, madame Ridard, et l’architecte des bâtiments de France, France Poulain. Merci à France Auphan et à Patrice Jacquelin pour tous les préparatifs, et pour le ménage de cette église qui est désaffectée, merci à la Mairie de Cailloüet pour les clefs et pour les chaises. Ensuite, dans l’après-midi, les ecclésiastiques accompagnés par M. et Mme Auphan ont visité la reconstitution de la prison qui est dans le parc du château d’Orgeville, désormais propriété de la municipalité.

Nous souhaitons aux défenseurs de gagner leur cause, pour que ces otages qui ont jusqu’au dernier moment affirmé leur foi et leur espoir en la vie éternelle, soient reconnus bienheureux afin de nous servir d’exemple de fidélité. « Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux » disaient-ils.

Véronique Servant

 

 

PARCOURS-ALPHA

PARCOURS-ALPHA

Pour qui ?
 Pour tous ceux qui se posent des questions sur les essentiels de la Foi chrétienne,
 Pour tous ceux qui veulent les découvrir
 Pour tous ceux qui souhaitent les redécouvrir,
 Pour tous ceux qui aimeraient mieux les comprendre…

Et donc pour :

les athées, les autres religions, les recommençants, les croyants, les non pratiquants, les pratiquants, ceux qui veulent se marier, baptiser l’un de leurs enfants, qui sont en recherche…

C’est quoi ?

Une quinzaine de soirées où vous regarderez tranquillement le topo qui vous sera envoyé auparavant puis nous serons ravis de vous retrouver en ligne sur Teams pendant une heure pour échanger. Il n’y a rien à connaitre, juste envie de découvrir ou d’approfondir.
Venez et voyez : c’est sans engagement et nous ne vous relancerons pas si vous décidez d’arrêter.
Accessoirement c’est gratuit 😉

Comment se passe une soirée :

nous nous retrouverons de 21h à 22h pour le temps d’échange tous les lundis et jeudis (sauf exception), entre les vacances de la Toussaint et celles de Noël.
Cela se passera sur Teams donc chacun devant son écran d’ordinateur ou au fond de son canapé !

L’inscription sera nécessaire afin que vous receviez le lien pour la connexion et celui vers chaque topo à regarder avant. Vous pouvez déjà retenir la plupart des soirées des jeudis et lundi entre le 7 Novembre et le 19 décembre ainsi que le dimanche 1er et le dimanche 8 décembre, la date retenue du 1er ou du 8 sera communiquée un peu plus tard. Le planning sera alors finalisé mais vous  pouvez  vous pré-inscrire par e-mail auprès du secrétariat de la Paroisse.

Sœurs Passionistes

Sœurs Passionistes

INFORMATIONS COMMUNIQUEES PAR LES MONIALES PASSIONISTES

La communauté des Moniales Passionistes de Croisy sur Eure, installée dans la paroisse depuis 1976, est comme beaucoup d’autres, confrontée au vieillissement et à la diminution des forces. La propriété où les sœurs vivent est devenue trop difficile à gérer, d’autant plus que l’actuelle supérieure doit souvent s’absenter en raison de sa responsabilité au sein du gouvernement central de la congrégation.

Elles ont fait un long cheminement pour comprendre ce que le Seigneur leur demandait.  Après avoir beaucoup prié et pris conseil, elles ont décidé de demander au Saint-Siège le transfert de leur siège canonique dans un lieu plus petit.  Le Saint-Siège a accordé l’autorisation.

Elles sont en train de déménager. Le Monastère Saint Paul de la Croix continuera son existence à Vernon, dans la propriété des Sœurs de Jésus au Temple mais dans une unité indépendante où elles pourront vivre leur vie monastique comme à Croisy, mais dans des conditions qui correspondent mieux à leur situation actuelle.

Pour la vente de la propriété, malgré une offre intéressante d’un particulier, elles ont fait le choix de sauver à tout prix l’usage religieux des lieux. Le diocèse s’est montré intéressé en vue de l’installation d’un village S. Joseph.  Les démarches juridiques et administratives sont en cours. Leur site internet sera remis à jour à l’avenir. Le numéro de téléphone du monastère a été résilié. 

Elles donneront des nouvelles plus détaillées quand l’installation à Vernon sera terminée.

———————————————————————————————————————-

Les locaux libérés du monastère de Croisy vont prochainement vivre une nouvelle vie en accueillant une équipe des Foyers Saint Joseph.

A suivre …

En chemin avec notre Evêque

En chemin avec notre Evêque

Monseigneur Olivier de Cagny a présidé la messe dominicale de dimanche 16 Juin à 10h30 à Pacy. Chacun a pu le rencontrer quelques instants à l’issue de cette messe sur le parvis.

Si vous aviez souhaité rencontrer notre évêque plus longuement, vous auriez dû participer à la dixième et dernière marche marche du dimanche 7 Juillet dernier. 

La formation catholique nous propose encore trois étapes de 20 minutes de vidéos enregistrées avec les évêques Olivier de CAGNY et Jean-Philippe NAULT pour nous mettre à l’écoute de l’Esprit-Saint et témoigner de la joie de l’Evangile. L’inscription est gratuite, il suffit de CLIQUER ICI.

Notre évêque a publié en Janvier dernier sa lettre pastorale et les documents liés sur le site internet du diocèse. CLIQUER ICI pour y accéder directement.

Cliquer ICI pour voir et entendre pendant seulement 8 minutes, juste après quelques instants de publicité, le message de notre évêque à continuer le chemin de l’Eglise avec audace et fidélité à l’Evangile et à vivre en fraternité missionnaire. Il y détaille également comment vivre cette fraternité.

PRIEZ POUR LES VOCATIONS !

Les dates pour marcher avec notre évêque sont retenues depuis plusieurs semaines. La première étape de ce parcours a réuni entre 100 et 200 personnes le 25 Novembre selon les endroits du parcours. L’église d’Epieds était pleine de fidèles pour la messe de 16h30 et de nouveau le 16 Décembre pour les Laudes à l’occasion de la deuxième étape qui s’est déroulée entre Epieds et Le Cormier avec un long arrêt à Bretagnolles pour la messe et le pique nique. 

La  huitième étape a eu lieu le Jeudi 9 Mai, jour de la fête de l’Ascension, entre St Philbert sur Risle et Corneville sur Risle.

La dixième et dernière marche programmée était le dimanche 7 Juillet.

Cliquer ICI pour accéder au programme détaillé des parcours aujourd’hui achevés.

 

Notre Evêque Olivier de Cagny est venu mercredi soir 28 Février, dans l’église de Pacy, pour participer à la 4eme session de la Retraite dans la Vie. En conclusion  Mgr de Cagny a dispensé une catéchèse sur le Pardon et la Miséricorde pour les 35 participants présents ce soir là.

Pèlerinage à Lisieux 13 avril 2024

Pèlerinage à Lisieux 13 avril 2024

Un pèlerinage paroissial plein de joie et de fraternité ce samedi 13 avril . Le pèlerinage de 2025 sera le 1er Mars à Chartres. Armelle BICLET proposera en amont une conférence sur les vitraux médiévaux de Chartres. On peut aussi se demander pourquoi les plus de 2600m2 de vitraux ont pu résister aussi longtemps y compris lors des deux guerres du XXeme siècle (à suivre).

Au programme du pèlerinage de Lisieux:

Célébration

Visite de la basilique

Pique nique au soleil

Le film sur Thérèse

Visite du Carmel

Visite des buissonnets la maison familiale de sainte Thérèse et de la famille Martin.

Prière pour partager tous les pétales de roses spirituels que nous avons reçu de la petite Thérèse pendant ce pèlerinage et intentions dans le car du retour .

Retrouvons nous vite pour le prochain pèlerinage paroissiale ! Une belle occasion pour mieux se connaître les uns les autres ou se découvrir.

Pèlerinage à Lourdes  du 19 au 25 août 2024

Pèlerinage à Lourdes  du 19 au 25 août 2024

Le pèlerinage diocésain à Lourdes de 2024 se déroulera 19 au 25 Août prochain. Les inscriptions en ligne ne sont plus possibles. Vous pouvez effectivement participer aux énormes frais engagés par le diocèse en finançant tout ou partie du voyage et des frais de séjour d’un hospitalier et/ou d’un malade. Tous les détails sont disponibles en CLIQUANT ICI.

Si vous vous voulez cependant participer sur place à ce pèlerinage, vous pouvez organiser vous même votre voyage et votre hébergement  ou encore appeler assez vite le service des pèlerinages du diocèse qui pourrait sans doute vous proposer une solution car il reste probablement quelques places disponibles.

Le pèlerinage diocésain à Lourdes avait rassemblé en 2023 de très nombreux fidèles du diocèse autour de notre évêque Mgr Olivier de Cagny. La photo des pèlerins du diocèse rapportée par Danielle PENEL montrait à l’évidence l’intense foule et démontrait la forte implication de l’Hospitalité Notre Dame d’Evreux qui avait permis la présence de nombreuses personnes malades ou handicapées. Les hospitaliers étaient rentrés très fatigués, mais comme comme tous les pèlerins, avaient vécu des moments intenses et n’aspiraient qu’à retourner à Lourdes en 2024.

Ferveur mariale et forte implication des hospitaliers (photos de D.Bidal)

Les voyages Aller-Retour avaient été réalisés par plusieurs cars de nuit comme de jour.

Le programme pour 2024 est directement disponible sur le site du diocèse en CLIQUANT ICI.